En France, la transition énergétique, volet essentiel de la transition écologique, est amorcée depuis le début des années 2000. Bien que les énergies renouvelables occupent une place croissante, la transition énergétique s’avère encore trop timide face aux objectifs fixés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015. Afin d’atteindre les objectifs fixés par la France, dont la réduction de la consommation d’électricité fossile produite par combustion du charbon, du gaz naturel ou du pétrole, il apparaît nécessaire d’accélérer les efforts en matière de transition énergétique, en misant sur les perspectives induites par les énergies renouvelables. La montée en puissance des ces énergies d’ici 2028 ne pourra s’accomplir sans l’adaptation du réseau intérieur de transport d’électricité, représentant un coût de 2 milliards d’euros par an jusqu’en 2035, en plus de l’investissement dans le réseau de distribution.

Parmi les leviers d’action essentiels de la transition écologique, se détachent les interconnexions de réseaux électriques qui ont joué un rôle clé dans l’histoire des systèmes d’énergie électrique et vont jouer un rôle essentiel pour la neutralité carbone. Les considérations environnementales doivent recevoir autant d’intérêt dans la planification énergétique en général que les questions techniques, politiques et économiques.

Les interconnexions ont un faible impact sur leur environnement, tant en mer que sur terre. Plus encore les impacts des interconnexions de réseaux sur la biodiversité sont très faibles et bien en deçà des installations existantes, à l’instar des usines ou des centrales. Elles permettent de réduire la perturbation du sol et de la végétation, les zones de défrichement, les modifications des microclimats et la vulnérabilité des communautés tant animales que végétales. Cette faible modification de l’environnement permet, en retour, d’accroître de manière significative la survie des espèces endémiques des habitats concernés par ces installations. Les interconnexions participent pleinement à la transition écologique et permettent de réduire l’impact sur la biodiversité, en évitant la construction de nouvelles installations de production, épargnant ainsi des habitats naturels entiers.
En outre, dans la mesure où l’interconnexion remplace la production d’électricité fossile, il en résulte une réduction de l’impact carbone de la production nationale d’électricité et de sa contribution au changement climatique.

Les avantages environnementaux des interconnexions électriques sont donc indéniables, en témoigne la réduction et/ou l’évitement des émissions de polluants atmosphériques, la réduction de la pollution de l’eau, la réduction des déchets solides et dangereux et des incidences sur l’utilisation des sols.

Les interconnexions électriques s’inscrivent pleinement parmi les technologies d’énergie renouvelable respectueuses de l’environnement, tant de la faune et de la flore, que des Hommes. Elles favorisent également la production décentralisée d’électricité par la coopération qu’elle induit entre les territoires, plus encore entre les pays, et permet, en outre, de tenir compte des infrastructures existantes. Dès lors, les interconnexions permettent de donner une dimension plus prosaïque encore à la transition énergétique. Très prometteuse, l’utilisation de cette technologie va et doit s’intensifier dans les années à venir.

Jean-Pierre BOUQUET
Président Délégué des Eco Maires
Maire de Vitry-le-François


Twitter Les Eco Maires
Twitter Les Eco Maires Afique
Archives
%d blogueurs aiment cette page :