Les Éco Maires se mobilisent à Dakar pour sauver la biodiversité

Dakar-Arafat_I-Autobus.jpg

Du 30 octobre au 1er novembre 2018, les Éco-maires se réuniront au Sénégal dans le cadre du premier Forum international des Éco-maires. L’objectif principal de ces assises est de contribuer à la réduction de la perte de la biodiversité au niveau de chaque commune représentée.

Ce sera une grande première. Dakar abritera un tout premier forum du réseau international des Eco Maires. Deux villes, Ziguinchor et Dakar, accueilleront cet évènement qui permettra aux « maires écologiques » de se pencher sur les enjeux du changement climatique. Du 30 octobre au 1er novembre 2018, ils entreprendront une série d’échanges et de discussions autour de la thématique suivante : « Quels rôles pour les collectivités territoriales dans la conservation durable de la biodiversité. » Près de 300 personnes sont attendues à ce forum, soit 150 pour chaque ville hôte. Les Éco-maires ont dans leur viseur quatre principaux objectifs : créer des synergies d’actions locales en faveur de la biodiversité, analyser les possibilités d’intégrer les questions liées à la biodiversité dans les plans de développement des communes, engager les acteurs locaux à la conservation de la biodiversité et trouver des stratégies locales de conservation durable de la biodiversité.

 

Eco-Maires-Afrique-©-Eco-Maires-Afrique-e1539977332300Maud Lelièvre, déléguée générale des Eco Maires,  le lundi 22 octobre 2018 à Dakar pour préparer le Forum international des Eco Maires.

 

La biodiversité sénégalaise sous pression

Le Sénégal compte 500 mairies et le problème de la protection de la biodiversité est d’actualité pour chacune d’entre elles. Selon un rapport de l’Agence sénégalaise de la statistique et de la démographie, le pays dispose de 6,3 millions d’hectares de forêts naturelles en 2007, contre 11 millions au moment de l’indépendance, en 1960. Entre 2005 et 2010, « le couvert forestier a accusé une perte moyenne annuelle de 40 000 hectares. » Le potentiel forestier sénégalais s’est fortement dégradé à cause des sécheresses consécutives, de la baisse des précipitations (entre 20 et 25 % chaque année), d’autres causes naturelles (érosion, feu de brousse, etc.) et de l’action de l’homme. Le rapport pointe également du doigt la production du bois de chauffe (qui s’est établie à 116 505 stères en 2013 contre 80 864 en 2010) et du charbon de bois (le pays en a produit 44 287 tonnes en 2013). Ce qui accélère la déforestation.

Les espèces végétales sont logiquement aussi menacées. Elles ont connu une diminution de 25 % dans le parc National du Njokolo Koba. Le damalisque et la girafe sont désormais portés disparus dans cette région ; l’éléphant et l’éland de Derby se font de plus en plus rares. Pourtant, la situation géographique du Sénégal lui confère des conditions favorables à une diversification des écosystèmes et des espèces. Le pays dispose de plus de 3 500 espèces végétales et 4 330 espèces animales. Le pays s’honore de 6 parcs nationaux et d’une trentaine de réserves naturelles, l’ensemble occupant 8 % du territoire national. Un potentiel qu’il convient de préserver.

« Les Éco-maires » est une association nationale française et internationale de maires et d’élus locaux engagés dans le développement durable. Depuis 2013, les Éco-maires ont ouvert leur bureau africain à Dakar. Cette installation traduit la volonté de ces maires de mettre en commun l’expérience française et internationale d’une part et celle des maires africains d’autre part. Une mise en commun d’initiatives et d’entre-aides en faveur du développement durable et de la protection de l’environnement.

 

Ecrit par Luchelle Feukeng .

Retrouvez l’article sur le site Afrika21 ici.

 

 

 

 

© Afrik21